Monnaie mobile : des services innovants portés par les usagers [MAJ]

novembre 24th, 2010 - 

Certains considèrent le mBanking comme relevant d’une innovation disruptive, au sens où il aura permis un accès à des services bancaires à des populations rejetées par les institutions bancaires dans les pays en développement.

M-PESA, le modèle à suivre

M-PESA créé en 2007 par Safaricom, Western Union et la Fondation Vodafone, est souvent cité en exemple puisqu’il concerne désormais 57% de la population du Kenya. Alors qu’en moyenne en Afrique 5 à 10% des ménages possèdent un compte en banque selon un rapport de l’IFRI publié en 2010 , M-PESA en compte 10 millions parmi les 18 million d’abonnés au mobile dans le pays. Allié à la banque Equity et à la chaine de magasins et détaillants Uchumi et Naivas, M-PESA développe désormais des service au croisement de différents secteurs de la finance et du commerce. Ce service, aidé par les Fondations Vodafone et Rockfeller ainsi que Western Union, devenu paradigmatique en matière de mBanking se trouve répliqué dans le monde.

Ainsi, depuis l’automne dernier, à Haïti est proposé par la fondation de l’opérateur Digicel, qui touche un quart de la population, un service de dépôt et de transfert d’argent Tcho Tcho Haiti à quelques 20 000 personnes pour l’instant. Un autre opérateur haïtien Voilà en partenariat avec l’agence d’aide internationale Mercy Corps, via un programme du  gouvernement américain,  a mis au point un compte en banque  mobile allouant 40$ de crédit par mois afin d’acheter de la nourriture. Fonctionnant sur une base du Unstructured Supplementary Service Data, c’est à dire une fonctionnalité de messagerie instantanée des téléphones GSM, et non par SMS, ce service permet d’effectuer des achats grâce à l’envoi d’un code sécurisé au commerçant permettant le débit de l’acheteur comme le décrit ici l’une des membres du projet à un célèbre journaliste du New YorK Times, Nicholas D. Kristof.

Entre philanthropie et capitalisme, le rôle des fondations télécom

A noter que ce sont souvent les fondations des opérateurs mobiles qui ouvrent de tels services. Cette hybridation de la philanthropie avec l’un des secteurs économiques les plus en croissance est tout à fait typique également dans le cas de l’investissement de la Fondation Bill Gates dans le mHealth. Ce tournant philanthropique du capitalisme permet d’associer affaires et humanitaire, de conjuguer aide au développement avec croissance économique. Il a ainsi pour conséquence dans le cas de Bill Gates d’accroître son portefeuille de brevets en matière de santé de manière tout à fait conséquente. Et de fait, de nombreux projets philanthropocapitalistes associent la téléphonie mobile, en tant qu’elle est la technologie la plus présente dans le monde avec 5 milliards d’abonnés et représente un potentiel économique important. Ce rôle omniprésent dans la société et l’économie africaines des donneurs venus des USA notamment est critiquée dans une publication de novembre 2011 au titre évocateur : « The revolution will be not funded« 

Parmi les usages « humanitaires » de la monnaie mobile, nous avons parlé dans un précédent article « Mobile et santé dans le monde » de l’usage de la monnaie mobile dans les programmes d’aide alimentaire en Syrie par voucher SMS ou au Niger au printemps dernier, permettant aux populations d’acheter elle mêmes la nourriture là où elle se trouve.

Des innovations portées par les usagers

Il existe d’autres croisements entre humanitaire, santé et monnaie mobile comme par exemple cette entreprise individuelle développée au Kenya, Mamakiba, qui propose aux femmes enceintes des bidonvilles de Nairobi de pouvoir accoucher dans une clinique en épargnant pendant 9 mois la somme nécessaire. L’argent économisé est versé sur un compte M-PESA et c’est par SMS que le montant du versement et le solde du compte sont notifiés. L’idée de ce service croisant mHealth et mBanking est venu au fondateur en observant que certaines femmes n’accouchaient pas en clinique faute de disposer sur le moment de l’accouchement de la somme nécessaire à payer.  Ce service fonctionne comme un « calculateur d’économies » pendant 9 mois et est associé à une social venture  du nom de Jacaranda, qui déploie un programme de santé à destination des femmes enceintes.  Lorsqu’un compte d’épargne mobile est ouvert pour les frais de clinique, les femmes devraient aussi se rendre aux quatre visites pré-natales prévues par l’OMS.

Cette initiative privée d’épargne santé a été récompensée en octobre 2010, à l’occasion du concours Apps4Africa, soutenu notamment par la Secrétaire d’Etat Hilary Clinton qui a félicité par l’intermédiaire de YouTube les vainqueurs. Cette « application », qui pose de nombreuses questions sur l’état des systèmes de santé publics dans le monde rappelle également comment des services financiers et commerciaux peuvent venir d’usagers du téléphone mobile. C’est en tout cas la thèse du chercheur du MIT Eric Van Hippel, qui a travaillé dans Democratizing Innovation (2005) sur les innovations apportées par les usagers, les « innovations horizontales »  sur Internet comme le MP3 par exemple. Il s’est penché depuis sur les utilisateurs comme « innovateurs de service » à propos des secteurs bancaire et du commerce. Selon lui, de nombreux services peuvent être produits par soi-même.  Et étant donné que les utilisateurs peuvent produire par eux-mêmes un service (self-provided) dans de nombreux cas, il est également possible pour les utilisateurs d’innover dans pour les services qu’ils peuvent produire par eux-mêmes ». Dans un article co-écrit  avec Pedro Oliveira, sont étudiés une quarantaine de cas de services inventés par les utilisateurs dans le domaine commerciale ou bancaires et dans 85 % des cas se sont des services non offerts par les banques. Et les cas de telephone banking selon l’appellation des auteurs en font partie.

Entre  initiative personnelle et philanthropocapitalisme, la chaine des innovations autour du mBanking et de la monnaie mobile reste donc à suivre pour comprendre les formes et enjeux de la mondialisation contemporaine.

Share

Leave a Reply